DES ANIMALS ET DES HOMMES

- Oh, des chevals !

- Non, ce sont des chevaux, me dit ma mère.

- Ah bon, je croyais que c’était des chevals...

Nous tissons des liens avec les animaux de la ville, qu’ils soient vivants, statues, peluches…, qu’ils soient libres, emmurés, préservés, domestiqués. Cette proximité inattendue dans un milieu urbain qui ne leur est naturellement pas destiné révèle leur condition et la nôtre. Ce qui m’intéresse surtout, c’est d'observer leur existence car elle interroge notre propre notion de territoire et notre façon de vivre ensemble. Leur présence me semble représenter l'absurdité de notre vie de citadins. Leur solitude est la même que la nôtre, la ville pourrait-elle être notre propre zoo ?